déc 202013
 

Les moteurs de recherche internet trouvent un million de pages en français en réponse à  « gestion des émotions ». Cette expression est très présente dans le langage courant, dans les milieux professionnels et bien sûr dans les formations et accompagnements en développement personnel. Pourtant, quand je l’entends, quelque chose en moi se crispe, se rebiffe, dans la mémoire de temps où j’ai beaucoup réprimé mes émotions pour mieux les gérer, par exemple pour paraitre  professionnelle en entreprise.

Qu’est-ce qui est sous-entendu quand on parle de « gérer ses émotions » ? « Ne pas faire de suppositions » m’invite à une exploration. Le 5ème accord toltèque également, quand Miguel Ruiz nous propose d’écouter ce qu’il y a derrière les mots, en pratiquant le doute, en traquant les croyances personnelles qui sont en jeu .

« Il faut que vous appreniez à gérer vos émotions ». Cette injonction, outre le fait qu’elle peut être culpabilisante, peut sonner comme, par exemple :

  • « Couvrez   ce sein que je ne saurais voir » (Tartuffe)
  • Faites en sorte de ne pas nous déranger avec vos émotions
  • Pas de place pour les émotions ici
  • Contrôlez ou ravalez vos  émotions
  • Ce n’est pas professionnel de se laisser aller à l’émotion

La définition de gestion est : action ou manière de gérer, d’administrer, de diriger, d’organiser quelque chose.

Celle de gérer : conduire, diriger, régir.

Dans le langage courant, derrière le mot gestion, se cache souvent le mot contrôle. Prendre le pouvoir sur, contrôler, diriger (forcer dans une direction précise).

On peut gérer : un portefeuille financier, une entreprise, une activité, la comptabilité. On parle également de gestion des ressources humaines, d’une équipe. Dans tous les cas, la gestion concerne un « objet » extérieur à soi, avec une sorte de distanciation rationnelle. Est-ce un mot adapté aux émotions ? Il manque pour moi dans ce mot, du vivant et de la relation.

Dirions-nous : « J’ai une bonne gestion de mes enfants » ? Comment réagirions-nous si un de nos parents nous disait « je suis content de moi, je t’ai très bien géré pendant ton enfance » ?

En considérant les émotions comme  l’appel  d’une partie de nous qui cherche à être entendue, à grandir, à trouver son autonomie, à manifester ses talents, à apprendre tout en se sentant en sécuritéaccueillie et aimée, parlerions-nous encore de gestion ?

Bien sûr, quand on regarde de façon plus détaillée les écrits sur  la gestion des émotions, on trouve accueillir, reconnaitre, réguler les débordements excessifs, écouter, apprendre, accompagner. Pour autant, « gérer ses émotions »  me renvoie à l’expression « domestiquer les enfants » de Miguel Ruiz dans « Les quatre accords toltèques ».

La pratique des accords toltèques nous invite, individuellement, et collectivement, à ne pas aller contre les émotions, mais plutôt à les accueillir, les écouter pour se libérer des croyances ou suppositions qui se cachent derrière, sans pour autant leur laisser prendre le pouvoir sur nous. Une émotion n’est pas un problème, c’est une information transmise via notre corps. Les accords toltèques nous aident à nous placer  à la fois dans une distanciation rationnelle ET dans la relation (dans l’amour).

L’équipe d’Olivier en témoigne, sur le plan collectif, les accords toltèques amènent à une plus grande maturité émotionnelle et à une puissance décuplée grâce à cela. Chacun, chacune prend la responsabilité de ses émotions mais trouve un soutien collectif quand il/elle le choisit, dans la relation avec les autres lorsqu’il est difficile d’en émerger. Il ne s’agit pas de devenir un groupe de parole thérapeutique, mais bien d’intégrer l’aspect émotionnel comme une donne dans une équipe.

Et vous, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit quand vous dites « gérer mes émotions » ? Sur le plan personnel ? Sur le plan professionnel ? Il y a une différence ?

J’ai quelques difficultés à trouver une expression qui me conviendrait mieux et serait potentiellement moins ambigüe. S’occuper de, accepter, accueillir, traiter avec, faire face à, réguler, accompagner,  … Et vous, que diriez-vous ?

Laurence

 

 

 

 

  Un commentaire à “« Il faut apprendre à gérer ses émotions » : est-ce-vrai?”

  1. Une fois que j’identifie mon émotion je me laisse TRAVERSER par elle car comme tu le dis plus haut elle a une information à me donner, elle est révélatrice aussi selon sa nature d’ un besoin que j’oublie de satisfaire.
    Je t’embrasse Laurence.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.

Manager avec les accords toltèques - www.manager-avec-les-accords-tolteques.com - tous droits réservés