nov 232012
 

Quand Olivier a eu cette intuition que les accords toltèques pouvaient contribuer à son rêve: performance ET  sérénité pour son équipe, il a  réfléchi  à leur donner un nom acceptable  dans la réalité d’une entreprise occidentale. C’est « accords d’attitude » qui s’est imposé rapidement.

Extrait du chapitre 5 : « Attitude », étymologiquement vient de l’italien « attitudine » (attitude) qui lui-même vient du latin « aptitudo » (aptitude) : il y a de l’aptitude dans l’attitude, c’est tout à fait ce qu’il nous faut !
Par ailleurs, le terme « attitude » répond à différentes définitions qui toutes mettent en relation l’expression, que ce soit par la posture, le comportement ou l’opinion, avec le ressenti individuel ou partagé par un groupe : cela nous paraît en phase avec l’esprit des accords toltèques et être le meilleur mot de la vie courante qui les décrit.

Quand Laurence a interviewé les collaboratrices et collaborateurs d’Olivier, très vite, un joli lapsus s’est manifesté. Au lieu de parler d’accords d’attitude, elle a parlé d’accords d’altitude !

Les accords d’attitude, issus des accords toltèques, facilitent la prise d’altitude d’une équipe (recul, vision plus large, découvertes de nouveaux possibles …) tout en développant les aptitudes (compétences, mises en œuvre…).

Par exemple, le premier accord d’attitude dit : « Nous exprimons des faits. Nous évitons les jugements, les critiques subjectives ». Une fois cet accord passé au sein de l’équipe, c’est à dire que chaque membre de l’équipe a pris, individuellement et ouvertement, l’engagement devant les autres membres de l’équipe d’appliquer cet accord de son mieux, alors il y a une certaine prise de recul immédiate.Cette prise de recul présente deux aspects :

Une prise de recul individuelle : la personne pouvant s’interroger sur le caractère factuel de ce qu’elle s’apprête à partager, ou sur les faits qui la conduisent à se placer dans le jugement d’une situation ou d’une personne.

Une prise de recul collective : lorsqu’une personne partage avec l’équipe, les receveurs de l’information sont amenés eux aussi à s’interroger sur le caractère factuel de ce qui est partagé et un aspect ludique de « vigilance » d’application de l’accord peut se mettre en place. Cet aspect ludique et collectif est aussi d’une très grande aide à la compréhension de l’accord, de ses implications de ses bénéfices, et surtout, du chemin qu’il y a à parcourir dans sa mise en œuvre individuelle comme collective.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.

Manager avec les accords toltèques - www.manager-avec-les-accords-tolteques.com - tous droits réservés